Sol! La biennale du territoire


Mo.Co. Panacée, Montpellier.
02/10/2021 - 09/01/2021.

 

   SOL ! La biennale du territoire ouvrira le 2 octobre 2021 au MO.CO. Panacée. Elle s’est engagée dès 2019 par des visites d’ateliers et des rencontres, des recherches approfondies sur la scène artistique locale et une réflexion sur le rôle de l’institution culturelle envers sa communauté immédiate. Le territoire défini va de Sète à Alès et de Nîmes à Béziers.  

La biennale se veut aussi une plateforme de diffusion et de promotion nationale et internationale. Dans cette optique, une publication regroupant les artistes de l’exposition est prévue pour l’automne 2021.

Cette première édition se concentre sur un phénomène de « décentrement » observé dans les pratiques artistiques contemporaines. L’artiste est souvent le radar, l’aiguillon qui ressent les changements, les menaces ou les enchantements du monde. Il/elle s’inscrit pleinement dans son temps, tout en exprimant une singularité lui permettant d’échapper aux normes en vigueur. Avec sa création en 2019, MO.CO. poursuit cette même perspective de « décentrement». Or, la création contemporaine s’accompagne d’une défiance vis-à-vis d’un système autoritaire, hiérarchique, centré sur notre espèce, un système dont les valeurs sont établies selon des schémas de domination et des modèles périmés.  

   Les artistes quittent aujourd’hui les grandes capitales au profit de territoires moins denses, abandonnent les modèles de la production entrepreneuriale au profit de formes vernaculaires : les frontières entre art et artisanat, entre le noble et le prosaïque, s’estompent. Les œuvres dépendent désormais de lieux spécifiques, se transforment et évoluent au gré des cadres qui leur sont offerts. 

Ces grandes lignes forment le cadre de l’exploration qui nous a conduit à cette première édition de la biennale, intitulée Un pas de côté.  

   Les œuvres, montrées selon trois axes (le rapport à la nature ; le rapport à l’Histoire ; le rapport à la société), expriment ce décalage libérateur qui ouvre un rapport au monde dénué d’a priori, et un rapport décomplexé aux outils et matériaux de l’art, allant ici du pinceau à la branche de ronce, de la feuille photocopiée à la porcelaine, de la peinture en bombe aux pigments naturels.